Merveilleux, Fantastique et Science-Fiction

à la télévision française

Jacques Baudou et Jean-Jacques Schleret 


Le Livre

Merveilleux, Fantastique et Science-Fiction à la télévision française  est paru au second semestre 1995, et est une publication de HUITIEME ART EDITIONS  en coédition avec l'INA .

Voir aussi une analyse de cet ouvrage par Daniel Riche.

Les Auteurs

Jacques Boudou et Jean-Jacques Schleret ne sont plus à présenter aux amateurs du 8eme Art. Chacun sait qu'ils viennent en tête des meileurs spécialistes du genre. Tous deux chroniqueurs au journal Le Monde , il sont auteurs de nombreux ouvrages publiés chez Huitième Art  et ailleurs.

La Quatrième de couverture.

Merveilleux, Fantastique et Science-Fiction à la télévision française 

Le Golem 

Contraîrement à une idée reçue, la télévision française n'a pas négligé le merveilleux, le fantastique et la science-fiction. Le nombre d'oeuvres figurant dans cet ouvrage en apporte la preuve irréfutable : plus de deux cents relevant de ces genres, réalisées entre 1950 et 1990. Soit un nombre infiniment supérieur à ce que le cinéma français a produit en un siècle dans le même domaine...

Cette liberté d'approche du fantastique à la télévision est sans doute la raison pour laquelle certains cinéastes : Jean Renoir, Orson Welles, Jean Dréville, Noël-Noël, Jean-Claude Bonnardot, Alexande Astruc, Claude Chabrol, Georges Franju, sont venus tourner à la télévision des oeuvres qu'ils n'auraient pas pu réussir à << monter >> pour le cinéma.



Le Gentleman des antipodes 

Cette tradition du fantastique télévisuel français s'est largement appuyée sur les textes des grands maîtres des littératures de l'imaginaire et de l'étrange. C'est ainsi que nombre d'oeuvres de Claude Seignolle, Jean-Louis Bouquet, Villiers de l'Isle-Adam, Dino Buzzati, Balzac, Adolfo Bioy Cesares, H. H. Ewers, Henry James, Théophile Gautier, Gérard de Nerval, E. T. A. Hoffmann, Gaston Leroux, Gustave le Rouge, Maurice Leblanc, Robert Louis Stevenson et Raymond Queneau furent adaptés pour ce qui concerne le fantastique ; de Maurice Renard, E. C. Tubb, J. G. Ballard, Ray Bradbury, Robert Silverberg, Serge Brussolo, George Langelaan, William Temple et Jean-Pierre Andrevon pour la science-fiction ; de Perrault, Lewis Carroll ou Madame d'Aulnoy pour le merveilleux.


Tous spliques étaient les Borogoves 

Quelques auteurs enfin ont eu l'heur d'inspirer tout particulièrement les téléastes : Jules Vernes, Marcel Aymé, Erckmann-Chatrian et Edgar Poe.

Cette tradition du fantastique télévisuel a produit d'indéniables chefs-d'oeuvre : Belphégor, Le golem, Le navire-étoile, L'invention de Morel, Le voyageur des siècles, Les Indes noires, Petit Claus et Grand Claus, Le secret de Wilhem Storitz, La redevance du fantôme, Histoire immortelle, les Shadoks, La Brigade des maléfices, La poupée sanglante, Les compagnons de Baal, Le passe-muraille, Hugues le Loup, Tous spliques étaient les Borogoves, La peau de chagrin, La Duchesse d'Avila, La double vie de Théophraste Longuet, Alice au pays des merveilles, L'île aux trente cercueils, Le voyageur imprudent ou Le mystérieux docteur Cornélius, qui seront largement présentés dans cet ouvrage. Tout comme d'ailleurs l'<< émission >> - on dirait aujourd'hui collection - intitulée Le tribunal de l'impossible dont le producteur Michel Subiela fut pendant des années le plus ardent défenseur du fantastique et de l'insolite à la télévision française.

A l'inverse du policier, le fantastique télévisuel n'a pris que rarement la forme de la série, parfois celle de la collection, un peu plus souvent celle du feuilleton. Mais sa forme d'élection a été incontestablement celle du téléfilm ou de la dramatique. L'utilisation, dès le début de la télévision, de caméras électroniques rendit déjà possibles un certain nombre de trucages en direct, mais les progrès techniques réalisés dans le domaine de l'image électronique devaient permettre à des réalisateurs comme Jean-Christophe Averty d'élaborer une écriture spécifique particulièrement adaptée à l'expression du merveilleux...



Les compagnons de Baal 

Cette tradition fantastique très vivace dans les années 60 et le début des années 70 où elle a connu une sorte d'apogée est devenue, au fil des ans, de plus en plus exsangue. Il y a à cela au moins deux raisons :
La première est d'ordre culturel : le fantastique est toujours resté en France un genre marginal et considéré comme quelque peu sulfureux...
La seconde est d'ordre politique : l'éclatement de l'ORTF a entraîné une mise en concurrence des chaînes. On a alors assisté à un déplacement du fantastique de la deuxième vers la troisième chaîne, plus expérimentale. Mais en termes d'audience, le fantastique ne pouvait prétendre à toucher un large public. Du moins était-ce l'opinion des responsables de la télévision, opinion que vint pourtant contredire le formidable << boom >> du cinéma fantastique dans les années 80. Ou le succès d'un feuilleton comme Le mystérieux docteur Cornélius.

La création des chaînes commerciales et la privatisation de TF1 n'ont fait qu'exacerber cette guerre de l'audience et ajouter à la raréfaction du fantastique.

<< Merveilleux, Fantastique et Science-Fiction à la télévision française >> vient donc à point rappeler qu'il n'en fut pas toujours ainsi, et postuler que le défi des années 90 pourrait bien s'énoncer ainsi : << oser l'imaginaire >>.

L'édition

Un volume grand format (22 X 18,5cm), relié pleine toile sous jaquette pelliculé illustée en couleurs : 200 pages, 200 oeuvres, 150 photos couleurs et noires dont certaines pleine page.

Pour chaque oeuvre, vous y trouverez les génériques complets, un résumé de l'intrigue et une analyse critique. Avec une présentation des principaux artisans du genre, une bibliographie et un index alphabétique des oeuvres.

© HUITEME ART EDITION et INA
ISBN 2-908905-09-4
Prix public : 348 F.

La couverture

En couverture, Alice au pays des merveilles, de Jean-Christophe Averty.

Ce qu'ils en disent

Le coup de coeur de Daniel Riche.


Les photographies sont extraites de la brochure publicitaire aimablement communiquée par les Éditions Huitième Art .