Confessions d'un automate mangeur d'opium


de Fabrice Colin & Mathieu Gaborit





Le livre

Confessions d'un automate mangeur d'opium est paru aux éditions Mnémos, collection Icares, en 1999.

La quatrième de couverture

Rappelez-vous Paris... 1899! La tour Eiffel se dresse au milieu du Champ-de-Mars, ses entrecroises d'acier s'élevant tel un doigt inquisiteur pointé vers le ciel, un monument à la gloire de l'industrie moderne... Les fiacres et les usines gigantesques, la transition d'un monde aux traditions millénaires à l'emballement technologique... Et vous souvenez-vous des milliers d'aéroscaphes, ces étranges machines volantes qui bourdonnaient dans le ciel? De tous ces automates cuivrés, toujours prêts à rendre service, et des images du téléchromo?

Non? Alors vous allez découvrir un Paris du XIXème siècle comme vous ne l'avez jamais imaginé: une ville noyée dans le brouillard des moteurs à vapeur, un lieu sous l'emprise des grandes puissances de l'industrie et de la politique où la comédienne Margaret Saunders tente de percer le mystère qui entoure la mort de sa meilleure amie. Mais rien n'est simple quand on doit enquêter sur la fin tragique d'une jeune femme tombée du ciel et qui s'est écrasée sur le parvis de l'Opéra Garnier... Même avec l'aide de son demi-frère Théo, médecin dans un asile d'aliénés, Margo se heurte à un écheveau de mystères impossible à démêler... Un savant fou, un poète fiévreux et une substance miraculeuse nommée l'éther, tels sont les ingrédients d'une sulfureuse potion que Margaret doit boire jusqu'à la lie... ou jusqu'à la folie...

Fabrice Colin et Mathieu Gaborit sont parmi les auteurs les plus prometteurs de la SF et de la Fantasy. Leurs ouvrages Vestiges d'Arcadia et Revolutsyia les ont naturellement amenés à écrire ce roman Steampunk, un genre littéraire qui dépeint un XIXème siècle imaginaire et trépidant, entre Jules Verne et Dickens, où la science s'allie au merveilleux.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

1999, Éditions Mnémos
Dépôt légal : octobre 1999
ISBN 2-911618-45-9


La couverture

La couverture est illustrée par Frank Achard.