Le voyage de Simon Morley


de Jack Finney





Le livre

Le voyage de Simon Morley est paru en mai 2000 aux éditions Denoël, dans la collection Lunes d'Encre.

Ce roman a obtenu le Grand Prix de l'Imaginaire en 1994.

La quatrième de couverture

Pour remonter dans le passé lointain, il n'est pas nécessaire d'utiliser une machine à voyager dans le temps. Il suffit de s'imprégner de l'époque dans laquelle on désire se rendre, de se dépouiller de toutes les pensées, comportements qui vous ancrent dans le présent, bref, de se conditionner mentalement et physiquement, pour être projeté dans le temps que l'on croyait perdu. Telle est la théorie du Pr. Danzinger. Informé de ce projet, qui a secrètement l'aval et le soutien logistique du gouvernement américain, Simon Morley doute, hésite... Mais la médiocrité de son existence, la curiosité, et le mystère qui entoure le suicide d'un aïeul de son amie Kate, finissent par le décider. Installé dans un appartement du «Dakota», un vieil immeuble new-yorkais demeuré intact, il va s'y comporter comme un homme de la fin du XIXe, et un soir de neige, après des jours d'efforts et d'attente, le miracle se produit...

Récit conjugant le témoignage écrit et visuel (de nombreux dessins et photos accompagnent le texte), enquête policière, histoire d'amour comme Hollywood ne sait plus en filmer, Le Voyage de Simon Morley a été récompensé par le Grand Prix de l'Imaginaire.

Jack Finney est l'auteur de L'invasion des profanateurs, porté trois fois à l'écran par Don Siegel, Philip Kaufman et Abel Ferrera. Le diptyque que forment Le Voyage de Simon Morley et Le balancier du temps est d'ores et déjà considéré comme un des classiques de la littérature anglo-saxonne, tout aussi important que le chef-d'oeuvre d'H.G.Wells: La machine à explorer le temps.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

Simon & Schuster
1993 Éditions Denoël pour la traduction française
Dépôt Légal mai 2000
ISBN 2-207-28085-7


Titre original Time and Again. Traduit de l'anglais par Hélène Collon.

La couverture

La couverture est illustrée par Benjamin Carré.