La Java des chats quantiques

[illustration]


Texte : Jean-Jacques Girardot

Musique : Vincent Royer

Illustration : Florence Delaporte



-oOo-

Le texte de la chanson

Mon oncl' était je dois le dire / De la rac' de ces inventeurs
Bien capables de découvrir / Le fil à découper le beurre
Tous les jours après son boulot / Il se f'sait cuire ses oeufs au plat
Donnait ses croquettes à son chat / Puis s'enfermait dans son labo
Comme c'était tout près d'où j'habite / J'allais souvent lui rendr' visite
Le soir en sortant de l'école / Je descendais dans son sous-sol
Où je le trouvais s'afférant / Sur des machines énigmatiques
En sifflotant entre ses dents / La java des bomb's atomiques

Il f'sait mes d'voirs d'mathématiques / Puis me parlait d'physique quantique
Il me disait « Vois-tu Lucien / Suffit pas d'êtr' théoricien
Tous ces messieurs d' la faculté / Ont le cerveau qui manque d'air
Aucun n'aurait imaginé / Cet engin révolutionnaire
C'est un transmetteur de matière / Plus rapide que la lumière
Ce truc n'a rien d'élémentaire / C'est d'la bricole mais faut le faire
Cette invention a du génie / Ell' va boul'verser notre vie
C'est l'bonheur de l'humanité / Pour peu qu'elle s'mette à fonctionner »

« Viens voir ici que je t'explique / Car l'idée en est magnifique
Sur ce tapis c'est l'récepteur / Et ce plateau c'est l'émetteur
C'est là que le champ magnétique / Bouscul' la structure atomique
Créant un trou dans l'espace-temps / Et l'objet instantanément
Ayant traversé le néant / Se r'trouve au bout d'l'appartement
En tout cas ça c'est le principe / Car je dois dire dans la pratique
Que rien n'accept' de s' transférer / La matière veut pas décoller
C'est la structure moléculaire / Qui refus' de se laisser faire

Il essaya je le crois bien / Tout ce qu'il avait sous la main
Une' Tour Eiffel en réduction / Le trousseau d'clefs de la maison
Un p'tit canard jaun' en plastique / Un vas' d'un pays exotique
Un numéro d'Télérama / Une' poignée de croquett's du chat
Un paquet de mouchoirs jetables / Et même un téléphon' portable«
Rien n'a marché jusqu'à présent / Ça fonctionne pas c'est déprimant
J'ai vérifié tous les rouages / J'y comprends rien ça doit êtr' l'âge
Il faut qu'je trouve la solution / Je retourne à mes équations ! »

Les jours et les semain's passaient / Il multipliait les essais
Toutes ses expériences rataient / Mon oncle se désespérait
« Je tourn' et r'tourn' les équations / Et je n'trouv' pas d'explications
Mon cerveau c'est comme du gruyère / Je m'demand' à quoi il me sert »
J'avoue qu'j'étais inquiet pour lui / J'voyais qu'il n'dormait plus la nuit
Il perdait même son appétit / Ne mangeait qu'un oeuf à midi
Le seul qui ne s'en faisait pas / C'était son chat toujours plus gras
Car l'oncl' de plus en plus distrait / Le nourrissait dès qu'il miaulait

Il fit une dernière expérience / Avec un' jolie souris blanche
En disant « si ça n'marche pas / J'irai cultiver des p'tits pois »
Mais quand mon oncl' mit le contact / Le chat sauta, quel manque de tact
Sur le plateau de la machine / Et avala la p'tit' frangine
Et sur la zone d'arrivée / On vit se matérialiser
Un chat puis deux puis quatre puis huit / Des animaux tous identiques
Qui n'tardèrent pas à prendr' la fuite / Poussés par ceux qui'v'naient ensuite
Mon oncl' jura entre ses dents / Et courut couper le courant

Y'avait en tout soixante matous / Miaulant dans le laboratoire
L'oncle fit « Lucien c'est pas tout / Donne leur à manger et à boire
Moi, faut qu'je comprenn' ce qui s' passe / C'est trop bizzar' ça me tracasse »
Il se plongea dans ses calculs / Puis leva les yeux, incrédule«
Bon sang tout s'expliqu' maintenant / Y'a une erreur d'coefficiant
Et j'ai construit, j'en tombe par terre / Un duplicateur de matière
Mais ça me surprend et m'étonne / Car cette machine ne fonctionne
Qu'avec la structure atomique / De c'foutu félin domestique »

(coda)
« Cette fois les calculs sont formels / Y'a rien de plus à tirer d'elle
Qu'est-ce qu'on va faire de ce truc là / Qui ne sait produire que des chats »
Puis rêveus'ment il contempla / Tous ces animaux à la ronde
Et final'ment il s'écria / « Plus d'problèm' de faim dans le monde ! »
(...)
Bienfaiteur de l'humanité / Mon oncle fut mêm' décoré
Pour services rendus à l'état / Et depuis tout le mond' mangea !
(...)
A condition d'aimer les chats !

Écoutez ou téléchargez le mp3...

La Java des chats quantiques, interprétée à la scène par les Kazoos Belli (Chant : Valérie Debize, soprano et Jean-Pascal Introvigne, baryton, piano : Vincent Royer), extrait du spectacle Laissez votre science au bestiaire (www.kazoosbelli.com).

-oOo-

[home]