L'homme aux dinosaures


de Jean-Pierre Andrevon, Silvio Cadelo et Stephen Jay Gould



-=-

Le livre

L'homme aux dinosaures est paru en mai 1994. Ce court ouvrage (120 pages) se compose des éléments suivants :

La quatrième de couverture

« Je suis au pays des dinosaures... ». C'est ainsi que le Pr Prokosh annonce au jeune Barry, le fils d'Annah, son amour de jeunesse, qu'avec l'aide des ingénieurs du projet LOST WORLD il a franchi la barrière spatio-temporelle pour se retrouver dans le Montana... à la fin de l'ère secondaire.

Jeremiah Prokosh a traqué les dinosaures, les leapin lizards selon l'affectueuse expression américaine, toute sa vie de scientifique. Maintenant, il est face à eux. Seul et sans espoir de retour - avec pour tout compagnon un ordinateur robot, OCTO-29, particulièrement convivial. Il va vivre la plus époustouflante aventure qu'un paléontologue puisse rêver : assister en direct à la disparition brutale de ces animaux qui régnèrent sans partage sur la Terre durant 160 millions d'années.

Plusieurs hypothèses divisent le monde des savants sur les causes de cette subite disparition. Grâce à Jeremiah Prokosh - et à son témoignage que nous rapportera la cassette audio pour laquelle seule il possède l'énergie du retour -, le doute n'est plus permis. Mais en débarquant dans les montagnes Rocheuses, un mois avant l'arrivée du cataclysme qui fit disparaître toutes les espèces de dinosaures, Prokosh a-t-il eu le privilège d'assister aussi à leur évolution vers des comportements rationnels, prémisses d'une civilisation reptilienne qui, heureusement pour l'Homme, n'a jamais vu le jour ?


Jean-Pierre Andrevon est l'un des fleurons de la vaste et internationale confrérie des auteurs de science-fiction. Son premier roman, Les Hommes machines contre Gandahar, fut adapté pour le cinéma par René Laloux. Dans les années soixante-dix, écologiste convaincu, il collabore à la revue La Gueule ouverte. En 1989, il obtient le grand Prix de ls science-fiction française pour Sukran. Ses activités, qui ne se limitent pas à la SF, le conduisent à écrire des romans policiers, des scénarios de bandes dessinées, des livres pour enfants, mais aussi à illustrer et à peindre.


Silvio Cadelo révèle ses capacités de dessinateur à travers une série d'affiches révolutionnaires. À partir de 1980, il prend part aux travaux de différentes revues dans lesquelles il s'exprime à travers la fameuse ligne claire héritée d'Hergé. Son dessin précis et inventif séduit Alejandro Jodorowsky, avec qui il réalise Le Dieu Jaloux. Avec Envie de chien, il invente la première BD interactive qui en dit tout aussi long sur l'imaginaire de l'auteur que sur celui de ses lecteurs.


Stephen Jay Gould, professeur à l'université de Harvard, y enseigne la géologie, la biologie et l'histoire des sciences. L'un des maîtres de la théorie moderne de l'évolution, il prend, par ses nombreux ouvrages (La vie est belle, , Quand les poules auront des dents, La foire aux dinosaures, Le livre de la vie), une part décisive au partage du savoir contemporain et à la réflexion sur ses enjeux sociaux er moraux.


« La Dérivée » : des livres pour dériver
entre l'imaginaire des écrivains, le regard des illustrateurs
et le savoir des scientifiques.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :
© Mai 1994, Éditions du Seuil
ISBN 2-02-020950-0

La couverture

La couverture est de Silvio Cadelo.


-=-