La fille du Lion

CHRONIQUES DES CHEYSULIS - 6


de Jennifer Roberson





Le livre

La fille du Lion est paru en octobre 1998 aux éditions Pocket, dans la catégorie Fantasy, n°5594.

La quatrième de couverture

Héritère des Premiers Nés, ayant seule le pouvoir de se transformer en n'importe quel animal, Keely ne voulait ni d'un homme ni d'un enfant. Elle voulait galoper dans les forêts d'Homana, affronter à l'épée les maîtres d'armes de son père, courir les tavernes avec ses frêres. Être libre. Choisir sa vie sans écouter un vieux texte magique, les conseils de ses proches, ou les discours des fanatiques. Mais la vie n'est jamais ce qu'on voudrait en faire, surtout pour la fille du Lion, héritière d'un trône et d'une destinée. D'un piège tendu en travers d'un chemin à la rencontre d'un assassin sympathique, de la nasse tressée par Strahan - le sorcier ilhini - à la maternité qu'on lui impose, de la fuite devant son destin à un sort d'esclave, Keely va devoir affronter la vie, sa vie. Elle va aller au fond d'elle-même, faire face à ses peurs, accepter d'aimer et de concevoir, s'accepter elle-même sans savoir si la mort n'est pas au détour du chemin.

Jennifer Roberson a débuté dans les anthologies ``Sword and Sorceress'' de Marion Zimmer Bradley bien avant la ``Chronique des Cheysulis''. Elle a livré huit volumes de ces chroniques tragiques et magiques, un roman historique, ``Lady of the Forest'', imposante réécriture du mythe de Robin des Bois, et un livre à succès sur l'Écosse, ``Lady of the Glen''. Faut-il expliquer le ton de ses romans, la densité de la peinture des sentiments, de l'exaspération de l'amour et de la haine qui les traversent par le fait que ses premiers livres, publiés sous le nom de Jennifer O'Green, étaient des romans sentimentaux ?

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

© 1989 Jennifer Roberson
© 1998 Pocket pour la traduction française
Dépôt Légal octobre 1998
ISBN 2-266-06587-4


Titre original Daughter of the Lion, traduit de l'américain par Rosalie Guillaume.

La couverture

La couverture est de W. Siudmak