Le Tsar d'acier

LE NOMADE DU TEMPS


de Michael Moorcock


Le livre

Le Tsar d'acier est paru en 1997 aux éditions Pocket, dans la catégorie Science-Fantasy, n.5626.

La quatrième de couverture

Rome tonne, Londres gronde, c'est la fin du monde. Ballotté d'un repli temporel à l'autre, Oswald Bastable est projeté en 1941, pendant la Grande Guerre. La Troisième Flotte du Japon anéantit Singapour, fracassant pour toujours le rêve utopique de l'Angleterre.

Mais Bastable, ce mélange de Rip van Winkle et du Hollandais Volant mâtiné de Juif Errant, a déjà connu trois variantes de notre monde. À chaque fois, il a été témoin du plus épouvantable holocauste: ce n'est pas forcément l'Apocalypse. La paix peut revenir. Faire tout sauter et recommencer à zéro peut être une bonne idée.

Le Tsar d'Acier -un ancien pope à tendances messianiques dont le vrai nom est Joseph Vissarionovitch Djougatchivili- va nous arranger tout ça. Son surnom lui vient de l'antique casque métallique qui lui masque le visage. On le soupçonne de ne pas être un homme, mais une sorte d'automate. Peu importe, il a de si belles idées pour le monde! Non, le plus étonnant, c'est qu'à son bras, Bastable retrouve la belle Una Persson.

L'aventure continue, plus fantastique que jamais.

Si Michael Moorcock est un maître du roman d'aventures, c'est parce qu'il a, bien sûr, toute l'imagination nécessaire, et même un peu plus: pour le souffle épique et l'ampleur visionnaire, on ne fait pas mieux. Il n'est à l'aise que dans les univers décadents et baroques, prophète d'une fin du monde goguenarde et bariolée.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

1982 Michael Moorcock
1982, 1985 Nouvelles Éditions Opta pour la traduction française
1997 Pocket pour la présente édition
Dépôt Légal juin 1997
ISBN 2-266-06917-9


Titre original The Steel Tsar, traduit de l'anglais par Jacques Schmitt.

La couverture

La couverture est de W. Siudmak