Danse aérienne


de Nancy Kress


Le livre

Danse aérienne est paru en 1997 aux éditions Orion, dans la collection Étoiles Vives.

La quatrième de couverture

Les mots sont difficiles.

Je pense en mots que je peux comprendre.

Je m'appelle Angel. Je suis un chien. Un chien de garde. Personne ne peut toucher ceux que je protège, à part les Amis. J'aime ceux que je protège. Maintenant je dors.

-Angel, dit Eric depuis sa chaise, réveille-toi. Tu dois monter la garde.

Je me réveille. Eric marche vers moi. Il s'assied à côté de moi. Il pose sa voix contre mon oreille.

-Je te présente Caroline. Personne ne doit faire de mal à Caroline. Personne ne doit toucher Caroline à part ses amis.

Je renifle Caroline. Je suis très content. Je garde Caroline.

-Mon Dieu, dit Caroline...

Et elle s'en va.

J'aime Caroline.

Parce que deux ballerines ont été assassinées, la sécurité de Caroline Olson, prima ballerina, est confiée à un chien de garde bio-amélioré, Angel.

Et si cette affaire de meurtres en série cachait un enjeu d'une toute autre nature?

Nancy Kress, née en 1948, est l'auteure de neuf romans dont un seul a été publié en France: Le Prince de l'aube (éditions J'ai Lu). Aux États-Unis, où son talent est reconnu à sa juste valeur, plusieurs de ses nouvelles et novellas ont été retenues dans les Year's Best SF de Gardner Dozois. Elle a remporté deux fois le prix Nebula et une fois le prix Hugo. En France, on ne connaît qu'une poignée, à peine, de ses nombreuses nouvelles de SF, notamment L'une rêve et l'autre pas (Beggars in Spain) qui lui a valu le Grand Prix de l'Imaginaire. Il convenait de réparer cette injustice en publiant un de ses textes les plus vertigineux, Danse aérienne, où elle explore la thématique passionnante des nanotechnologies, à l'instar de l'Australien Greg Egan.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

1993 Nancy Kress
1997 Orion Éditions et Communication pour la traduction française
Dépôt Légal second semestre 1997
ISBN 2-84344-002-5


Titre original Dancing on Air, traduit de l'américain par Thomas Bauduret.

La couverture

La couverture est de Marc-Antoine Lumia