Via Velpa


de Yves Dermèze


Le livre

Via Velpa est paru en 1975, aux éditions Librairie des Champs-Élysées, dans la collection Le Masque/Science-Fiction, n°20.

La quatrième de couverture

Gamès, planète-prison, était munie de robots qui eussent fait rêver les Altaïriens les mieux équipés. La planète n'avait pas toujours été abandonnée à la garde d'un seul homme. Dans les temps passés, et en particulier à l'époque de la grande révolution altaïrienne, le Comité Suprême y avait installé quatre bases d'aéronefs et des projecteurs énergétiques afin de repousser une attaque possible. Les cellules suffisaient à peine à abriter les condamnés. Il n'y avait, bien sûr, qu'un seul exécuteur, mais les troupes de protection abondaient. Pour assumer la liaison avec le Comité, on avait alors installé des robots analyseurs et des robots d'intercommunication capables de lire directement, à grande distance, les enregistrement télévisés des machines du Comité.

Yves Dermèze, qui signe également Paul Béra, écrivit Via Velpa il y a plus de vingt ans. A l'époque le livre étonna. C'est que d'emblée un auteur français retrouvait le souffle épique des grands space-opéras et l'imagination démentielle d'un Van Vogt, avec un récit d'univers parallèles et de boucles temporelles.
Jacques Van Herp.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

1955, Yves Dermèze & Éditions Métal
1975, Librairie des Champs-Élysées
Dépôt légal 1er trimestre 1975
ISBN 2-7024-0336-0

La couverture

La couverture de cette édition est signée Atelier Pascal Vercken.