La mort vivante


de Stefan Wul


Le livre

La première édition

La mort vivante est paru en 1958 aux éditions Fleuve Noir dans la collection Anticipation, n. 113.

La quatrième de couverture

Pas d'information utile dans la quatrième de couverture.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

Editions Fleuve Noir
Collection Anticipation n. 113
Dépot légal 2eme trimestre 1958
Pas de ISBN

La couverture

La couverture de cette édition est bien entendu de Brantonne.

La seconde édition

La mort vivante a été réédité chez Presses Pocket, dans la collection SF, sous le n. 5038.

La quatrième de couverture

Loin de la terre désertée, Joachim désire poursuivre des recherches biologiques en un temps où le Consistoire l'interdit, car, désormais, la hiérarchie religieuse a reconquis sa toute-puissance.

Il fuira donc (vers) une planète d'exil pour poursuivre ses travaux en toute liberté.

Martha a vu mourir sa fille. Elle dispose de la puissance et de la fortune. Joachim ne peut ressusciter la fille de Martha, mais peut-être est-il en son pouvoir d'en créer l'exacte réplique.

Au risque de déchaîner ``La mort vivante''.

Stefan Wul est passé comme un météore dans le ciel de la S.-F. On chuchote sa légende à la veillée : les petits enfants écoutent, les yeux brillants ; plus tard, ils raconteront à leur tour. Mais de temps en temps il repasse, toujours plus fulgurant. Et l'on surveille le ciel pour guetter son retour.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

© Robert Laffont, 1970
ISBN 2.266.04686.1

La couverture

La couverture de cette édition est de W. Siudmak.

La troisième édition

La mort vivante a été réédité en juin 1996 chez Denoël, dans la collection Présence du Futur, n°571.

La quatrième de couverture

Joachim, maître biologiste vénusien, désire poursuivre ses recherches scientifiques en un temps où le Consistoire l'interdit. Sur la vieille Terre, il espère trouver plus de liberté. C'est là qu'il rencontre Martha, une mystérieuse châtelaine qui voit mourir sa fille. Elle dispose de la puissance et de la fortune ; Joachim de son savoir. Il ne peut gérir sa fille, mais peut-être arrivera-t-il à en créer un réplique exacte. Au risque de déchaîner « la mort vivante »... Un roman publié pour la première fois en 1958 et qui annonce les délires d'un Serge Brussolo. « Peut-être le plus frappant et le plus original de l'auteur » selon Jean-Pierre Andrevon.
L'auteur
Stefan Wul, né en 1922, est plus qu'un pionnier de la Science-Fiction française, il en est l'étoile, ou plutôt le météore, puisque à l'exception de Noô, paru en 1977, les douze romans qui composent l'essentiel de son oeuvre ont été publiés entre 1956 et 1959. Constamment réédités depuis, popularisés par les adaptations cinématographiques de René Laloux dans le cas d'Oms en série et de l'Orphelin de Perdide (devenus la Planète sauvage et les Maîtres du temps), ils sont devenus des classiques du genre.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

Editions Denoël
Collection Présence du Futur, n°571
ISBN 2.207.50578.2

La couverture

La couverture de cette édition est de Jean-Yves Kervevan.