Planète Interdite


de W. J. Stuart


Le film

Planète Interdite est un film Metro-Goldwyn-Mayer, réalisé en 1956 par Fred McLeod Wilcox et produit par Nicholas Nayfack, sur un scénario de Cyril Hume d'après une histoire de Irving Block et Allen Adler, avec Walter Pidgeon, Anne Francis, Leslie Nielsen, Warren Stevens, et, pour la première fois à l'écran dans son propre rôle, Robby le robot.

La pochette

An 2257. Le croiseur sidéral du commandant Adams se pose sur Altair 4, planète où ne vivent que trois personnes : le docteur Morbius, inventeur génial, Altaïra, sa ravissante fille, et Robby, un robot très sympathique. Mais la nuit venue, des monstres invisibles attaquent le commandant et ses hommes. Adams doit éliminer ce terrible danger avant que lui et son équipage soient anéantis...

Chef-d'oeuvre de la science-fiction, Planète interdite est un délirant mélange d'effets spéciaux, d'angoisse et d'humour... Truffé de surprises, le film a fait de Robby le robot une superstar. Indispensable à tout cinéphile !

Le livre

Planète Interdite est paru aux Éditions Hachette en 1957, dans la collection Le Rayon Fantastique, n°47.

La quatrième de couverture

À la fin du XXIe siècle, la conquête de la Lune, puis des planètes a été suivie par la découverte de l'hyperforce quanto-gravitique qui a ouvert la route des étoiles... Ainsi débute le grand film M-G-M en Cinémascope et en Eastmancolor d'où est tiré ce roman.

Un atronef approche de la quatrième planète de l'étoile Altaïr où il a été envoyé à la recherche d'une expédition perdue vingt ans avant. Le commandant Adams décide de passer outre aux avertissement d'une voix mystérieuse et atterrit. Un étonnant et inquiétant robot survient qui le conduit avec deux de ses officiers, à l'extraordinaire demeure du professeur Morbius. Celui-ci leur apprend que tous les membres de l'expédition sont morts horriblement, tués par un monstre invisible qui n'a épargné que lui et sa fille, la jolie Altaïra. Et il les incite de nouveau à quitter la planète interdite.

Le jeune et énergique commandant Adams, d'ailleurs profondément impressionné par le charme d'Altaïra, s'y refuse. Et maintes péripéties dramatiques, haletantes de « suspense », conduisent au dénouement le plus logique et le plus fantastique, dans une ambiance constamment empreinte de ce « sens du merveilleux » qui fait le meilleur attrait de la Science-Fiction.

L'édition

L'édition dont je dispose indique :

© Librairie Hachette 1957

Le Rayon Fantastique n°47
Pas de ISBN

Titre original : Forbidden Planet, tradution de Nathalie Gara.

La couverture

La couverture n'est pas attribuée.